D comme...  Henri Duparc

Présentation

Il est l'homme de "Bal poussière", un triomphe dans son pays mais un énorme succès aussi en France, avec un box office jamais encore atteint pour un film africain...

Plus d'informations

Né en 1941 en Guinée, il s'installe à 26 ans en Côte d'Ivoire et en devient le cinéaste emblématique, travaillant dans un registre résolument populaire. Ses films sont joyeux et abordent le sexe et les chamailleries sentimentales avec une grande décontraction.

A 22 ans, Henri Duparc s'était formé à l'image à l’Institut de la Cinématographie de Belgrade (ex-Yougoslavie) et, de de 1964 à 1966, il poursuit ses études à l’Institut des Hautes Etudes Cinématographiques de Paris (IDHEC devenu la FEMIS).

En Côte d’Ivoire, il travaille comme réalisateur pour un organisme du gouvernement ivoirien : la Société Ivoirienne de Cinéma (SIC) et tourne des films publicitaires, des publi-reportages et des films documentaires.

1969 : Mouna ou le rêve d'un artiste. Un moyen métrage qui fera, en 1970, l’ouverture de la 2ème édition de la “ Semaine du cinéma africain de Ouagadougou”, qui deviendra plus tard le FESPACO (Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou).

1972 :  premier long métrage, Abusuan

Entre documentaires et films institutionnels, il réalise L'Herbe sauvage puis un feuilleton télé pour enfants, Aya,dont le succès l'encourage à financer, avec sa propre société de production, un scénario écrit lorsqu'il était encore étudiant à l'Idhec : Bal poussière. En 1988, le sucès de ce film est tel qu'il reste encore inégalé. Bal Poussière plait, notamment, parce qu'il montre une Afrique inconnue au cinéma, mais aussi parce que spectateur occidental l'a mis aux même rang que ses films habituels de distraction, sans le cataloguer comme "africain".

Henri Duparc collabore alors avec des producteurs français et Le 6e doigt (1990)  voit à son générique s'inscrire les noms de Jean Carmet et Patrick Chesnais. En 1992, Rue Princesse est un tel triomphe qu' à Abidjan, la rue plus chaude est rebaptisée "Rue princesse"

L'année suivante, c'est avec le Maroc, que Henri Duparc produit et réalise Une couleur café.

En Octobre 2000, Laurent Gbagbo est élu Président de la République. Henri Duparc entreprend de le convaincre de se confier à sa caméra pour raconter son parcours d’opposant politique de sa naissance en 1945 à son accession au pouvoir en 2000. Ce sera le premier film d’une série qui devrait se poursuivre avec l’expérience de Chefs d’Etats africains ayant assuré l’alternance politique dans leurs pays.

En 2004, il décide de monter un nouveau projet de film de long métrage intitulé “CARAMEL”.

Henri Duparc est approché fin 2004 pour l’adaptation et la réalisation d’un film tiré de la pièce de Feydeau ”LA PUCE A L’OREILLE”. L’adaptation rebaptisée ”LA PUCE AFRICAINE” sera terminée en Juillet 2005.

Il décèdera à Paris le 18 avril 2006.

Restez connectés sur UniversCiné

Newsletter

Top

Top des ventes

Communauté

Faites votre cinéma

  • dane au sujet de : Ma compagne de nuit

      8/10

    Emanuelle Beart est brillante de vérité,de justesse.
    Chapeau!