Fantasmes {Gojitmal/Lies}

Réalisation

Corée du Sud - 1999 - 1h55min 

Pitch

Juste avant le bac, Y souhaite se soustraire à la surveillance de son frère pour perdre sa virginité. Son amie Woori la met en relation avec un sculpteur de vingt ans son aîné et dont la femme vit à Paris depuis deux ans. Elle prend le train pour voir cet homme expérimenté et dès cette première rencontre passionnée, elle découvre le plaisir et la douleur. Elle y retourne bientôt et découvre qu'elle prend plaisir à se faire frapper...

Actions utilisateurs

Voir la fiche technique

Acteurs :

Equipe du film :

Dates :

Informations techniques :

  • : Couleur
  • : Long metrage
  • : Korean

Bandes annonces et photos

Ils en parlent

  • Télérama

    Télérama

    " ... Tout autant qu'une histoire de cul, c'est en effet la chronique d'un amour risqué, vécu à l'écart du monde et des conventions, raconté en voix off (par l'homme) sur le mode du journal intime (...) La litanie des expérimentations corporelles de Y et J pourrait être barbante ou glauque, mais, à force d'insistance et de culot, elle devient une longue et épique équipée en chambre, où le cinéaste parvient à marier plusieurs registres en un cocktail détonant.

    Il y a d'abord un comique téméraire, fondé sur la répétition du rituel, à quelques graduations près dans la vigueur ou dans le choix des « outils »... Outils que J range soigneusement dans une mallette prévue à cet effet, semblable à celle d'un VRP. Par ailleurs, entre deux « séances », on voit les tourtereaux ramasser compulsivement des bâtons et autres planches cloutées dans les jardins publics ou sur les chantiers, comme d'autres cueillent des champignons...

    A l'heure du repos, ce burlesque se teinte de tendresse et de pathétique : il faut soigner et panser les plaies de plus en plus profondes qu'on a infligées à l'autre. Et puis Y et J parlent beaucoup, commentent leurs ébats, pendant et après, en se bécotant tendrement dans le métro au milieu des cadres et des étudiants... A leur manière, ils sont les propres théoriciens de leur relation. D'où un troublant effet de décalage.

    Enfin, leur isolement, leur refus croissant de la réalité et de tout ce qui n'alimente pas leurs jeux donnent la part la plus ample et la plus tragique du film. Le travail, les études, les relations, la famille sont peu à peu repoussés hors champ, et l'aventure de J et Y ne connaît plus qu'un seul ennemi possible : leur propre lassitude.

    Jang Sun-Woo, tout moderne et « amoral » qu'il soit, rejoint donc une vieille tradition de la littérature amoureuse, pour constater que l'essence d'une folle passion ne tient pas à ses modalités, même très particulières, mais à sa fin programmée."

    Louis Guichard, Télérama
  • L'Humanité

    L'Humanité

    " Constitué de longs plans-séquence, tournés pour la plupart en intérieur (...), ce film froid et brûlant à la fois détaille essentiellement les corps à corps des amants, en évitant de tomber dans la vulgarité pornographique."

    Vincent Ostria, L'Humanité
  • Les Inrockuptibles

    Les Inrockuptibles

    " Fantasmes délaisse toute tentation pornographique pour laisser s'épanouir le récit d'une obsession, d'un amour impossible qui se consume à mesure qu'il se consomme."

    Frédéric Bonnaud, Les Inrockuptibles
  • Le Monde

    Le Monde

    " Le caractère extrêmement surprenant du film est que, si on accepte de s'y livrer (nul n'y est contraint), ce spectacle malaisant finit par créer une émotion très forte, très profonde, à mesure que l'on perçoit l'intensité de l'amour qui unit les personnages. "

    Jean-Michel Frodon, Le Monde

Vous en parlez

A propos de

Affiche

Fantasmes

Produits

Location

  • windows
  • mac
  •  COMPATIBLE

Achat

  • windows
  •  COMPATIBLE
    WINDOWS UNIQUEMENT

Restez connectés sur UniversCiné

Newsletter

Top

Top des ventes

Communauté

Faites votre cinéma

  • Mamj au sujet de : Ilo Ilo

      8/10

    Ce film est très intéressant. Il associe subtilement état social et psychologie des personnages, remarquablement interprétés par tous les acteurs.