Navigateur non compatible. Veuillez utiliser un navigateur récent

Abel et Caïn en Doc Marten's

Dans son film Skinhead Attitude, Daniel Schweizer dévoile la compléxité d'un mouvement trop souvent caricaturé par les médias. En quelques mots, le réalisateur affirme ici la nécessité de retracer avec exhaustivité l'histoire de ce courant né en Angleterre il y a une bonne quarantaine d'années.

"Avec ce projet de long métrage documentaire, je souhaite aborder l’origine du phénomène skinhead et son évolution dans le temps. Cette fois-ci ma démarche sera différente, ce n’est pas un reportage mais un long métrage pour le cinéma. Ma manière d’appréhender le sujet, de le filmer est construite autour de personnages actuels que nous avons suivis pendant une année. J’ai voulu faire un film qui joue avec les acteurs du réel, les plans, la durée, la lumière, les situations, le in et le off mais aussi trouver une écriture plus expérimentale qui mêle le passé et le présent et permet d’appréhender ce mouvement dans son ensemble et sa complexité.

Ce projet traite d’aspects peu connus ou méconnus. Saviez-vous que ce mouvement fut à ses origines un mouvement multiracial mêlant noirs et blancs sur la même musique ? Et que c'est seulement quinze ans plus tard, dans la fin des années 70, que la scène skin commença à se transformer ?

Ces thèmes sont d’autant plus importants que les médias en général, les journaux et la télévision en particulier, sont responsables, dans certains cas, de l‘image stéréotypée du mouvement skinhead. Il est temps de rétablir la vérité et de raconter sa vraie histoire. Tel un puzzle, grâce à divers témoignages des anciens et des nouveaux, il est possible d‘approcher une réalité de ces faits."

Il est important de raconter aujourd’hui l’histoire du mouvement skinhead. Depuis quelques années l’extrême droite à récupéré une grande partie de cette subculture de jeunes et l’utilise comme un « bras armé ». Ce documentaire est aussi un film de réflexion sur l’appartenance à un groupe : Pourquoi devient-on skinhead et qu’est ce que ça veut dire « être skinhead » ? D’où viennent-ils?

Dans ce documentaire, plusieurs questions reviennent de manière récurrente, comme dans une enquête : Qui sont les vrais skinheads ? Que se passe-t-il actuellement et pourquoi les skinheads d’extrême droite sont-ils de plus en plus nombreux ?

Des questions paradoxales m'obsèdent: comment peut-on être un skinhead raciste quand on connaît les origines métissées et de gauche du mouvement ? Comment peut-on continuer à être un skinhead traditionnel ou anti-raciste aujourd’hui quand on connaît la récupération extrémiste néonazie du mouvement ? Ces questions paradoxales m’obsèdent. L’histoire de ce mouvement est ambiguë, et la clef du film est que l’histoire du mouvement skinhead est devenue une histoire de frères ennemis, d’Abel et Caïn. Cette opposition des deux extrêmes qui s’affrontent sera illustrée par un fait divers récent à Las Vegas: l’histoire de Daniel Shersty et Lin Newborn, deux skinheads anti-racistes de vingt ans abattus dans le désert par des skins d’extrême droite.

Skinhead Attitude est un film à la rencontre du culturel, du musical et du politique, un film sur notre société. Toute la force de ce documentaire est de susciter des questions sur le dysfonctionnement de notre société et de bousculer les idées.

Je crois en un cinéma documentaire qui parle du monde, donne des clefs et permet une mise en perspective du réel. Il est important de lutter contre les clichés qui rassurent et aussi savoir exprimer ce qu’ailleurs, on refuse souvent de voir ou d’entendre. Il ne faut ni diaboliser, ni ignorer le mouvement skinhead mais le regarder pour ce qu’il est et comme il est."

Daniel Schweizer

Vous avez un bloqueur de publicités activé.
Certaines fonctionnalités du site peuvent être perturbées, veuillez le désactiver pour une meilleure expérience.