Navigateur non compatible. Veuillez utiliser un navigateur récent

Lussas 2015 — Of Men and War : Le cinéma peut-il guérir certaines blessures ?

Le réalisateur vient de signer l'un des plus beaux documentaires de ces dernières années : Of Men and War, à voir aux États généraux du film documentaire de Lussas. Il suit quelques soldats américains revenus d'Irak traumatisés, cherchant à retrouver leur place dans le monde. Dans un centre psychiatrique, la caméra s'est glissée au coeur de leur processus thérapeutique, pour rendre un témoignage vivant de la terreur, de l'indescriptible et de la béance que constitue l'expérience de la guerre.

Présenté en sélection officielle au Festival de Cannes 2014 , ce documentaire poignant qui reçu le Prix du meilleur documentaire long-métrage à l'International Documentary Film Festival d'Amsterdam et qui a été nommé dans la section documentaire des European Film Awards, est aujourd'hui présenté à Lussas dans le cadre d'un séminaire sur le thème "thérapeutique et cinéma".

En 1995-96, Laurent Bécue-Renard a passé la dernière année de guerre à Sarajevo comme rédacteur en chef du magazine Sarajevo Online où il publiait des « Chroniques de Sarajevo ».  Après le conflit, il retourna en Bosnie-Herzégovine. Il s'inspire de ces expériences pour écrire et tourner son premier film, De Guerres lasses, qui constitue le premier volet d'Une Généalogie de la colère, comme l'indique le sous-titre, dont Of Men and War est le deuxième volet. Sur plusieurs saisons, le cinéaste y enregistre le travail de deuil entrepris en thérapie par des veuves de jeunes soldats. 

Il aura fallu une dizaine d'années pour que naisse, à la suite de ce premier film, Of Men and War.

Le cinéaste nous a expliqué le cheminement et la réflexion qui l'ont conduit à ce documentaire, oeuvre profonde et unique sur notre humanité aux prises avec l'héritage de la guerre.