Navigateur non compatible. Veuillez utiliser un navigateur récent

Je ne rêve que de vous - le making-of

Je ne rêve que de vous - le making-of

VIDÉO [2019, 16'] Je ne rêve que de vous est autant le récit de la folle histoire d'amour entre Jeanne Reichenbach et Léon Blum, la première liant son destin à l'homme politique en le suivant jusque dans le camp de Buchenwald, qu'un instantané de la vie des femmes pendant la guerre. Réalisateur, scénariste et acteurs reviennent sur le désir qui les a conduits à faire ce film et le souci de fidélité qui les a habités pour être au plus proche de l'Histoire et des sentiments qui ont unis ces deux êtres.

La nouvelle génération des Filles du docteur March

La nouvelle génération des Filles du docteur March

VIDEO [2019, 13'] Le roman de Louisa May Alcott, Les Filles du Docteur March, a déjà donné lieu à plusieurs adaptations cinématographiques et télévisuelles. À l'origine, le livre a été publié en deux parties : l'enfance des sœurs March puis leur vie une fois adultes. Greta Gerwig, la réalisatrice, propose une version moderne du roman et décide de rompre la chronologie de l’œuvre originale : le récit n'est plus coupé en deux puisque la réalisatrice se concentre sur la transition et le passage à l’âge adulte. C’est ce qu’elle nomme « la nouvelle génération » qui est plus moderne donc, mais aussi plus ouvertement fémininiste. Les membres du casting (Emma Watson, Laura Dern, Meryl Streep, Florence Pugh…) reviennent sur leurs parcours et expliquent comment elles ont abordé leur personnages à travers la vision unique de Greta Gerwig.

Lire la suite
Antoine Raimbault : "Un Dupond-Moretti de cinéma, qui n'est pas lui."

Antoine Raimbault : "Un Dupond-Moretti de cinéma, qui n'est pas lui."

VIDEO [2018, 39'] Tout a été repris avec exactitude, dans Une intime conviction : le nom de Jacques Viguier et de tous les autres protagonistes, à commencer par celui de maître Dupont-Moretti, le nom d'une affaire qui a tenu la France en haleine. Tout est donc vrai oui, mais tout est aussi fiction. Le réalisateur Antoine Raimbault a en effet allié le sérieux des faits et de la procédure (à l'opposé du spectaculaire américain en la matière) à la fantaisie de la fiction (l'invention du personnage de Nora, joué par Marina Foïs, entre autres) pour faire de son premier film un véritable thriller à la française. En compagnie de son acteur principal, Olivier Gourmet, et d'un spectateur un peu particulier, Éric Dupont-Moretti lui-même, Antoine Raimbault se livre à un échange passionnant avec le public, pour raconter sa manière de filmer la justice française, de la critiquer aussi et de montrer les vertus du doute dans une machine trop souvent broyeuse d'hommes.

 

Lire la suite
"Pari cinématographique et pari d'animateur à la fois" - Le making-of de J'ai perdu mon corps

"Pari cinématographique et pari d'animateur à la fois" - Le making-of de J'ai perdu mon corps

VIDEO [2019, 31'] J'ai perdu mon corps a enchanté 2019 et brillé en ce début d'année 2020, en remportant deux César (meilleur film d'animation et meilleure musique) après une présence remarquée aux Oscars. Odyssée sonore et musicale, enchantement visuel , le film de Jérémy Clapin décuple les sens et porte l'animation a un niveau rarement atteint. Ce pari fou nous entraine à la suite d'une main qui sillonne Paris à la recherche de son propriétaire et de Naoufel, perdu entre ses souvenirs d'enfance et un présent terne illuminé par l'apparition de Gabrielle, dont il tombe amoureux. Le making-of du film nous permet d'approcher la manière dont les différentes équipes, du son à l'animation en passant par la musique, ont travaillé chacune dans le même sens pour livrer une œuvre à fleur de peau, minutieusement préparée malgré un budget serré. Une véritable prouesse d'animation pour l'un des films de l'année 2019.

Lire la suite
Nicolas Bedos : "J'avais envie d'un film qui a faim, qui a soif." - Making-of de La Belle époque

Nicolas Bedos : "J'avais envie d'un film qui a faim, qui a soif." - Making-of de La Belle époque

VIDEO [2019, 28'] Présenté à Cannes en 2019, La Belle époque nous replonge dans les années 70, à la suite d'un auteur de bande dessinée dépassé par le monde moderne, qui fait appel à une entreprise proposant à ses clients de revivre leurs plus beaux souvenirs ou leur époque historique préférée. Nicolas Bedos revient longuement sur la création de son second long-métrage. Le cinéaste a mis beaucoup de sa personne dans cette mise en abime vertigineuse, qui repose sur un jeu constant entre artifice et réalisme, et dans le personnage de ce metteur en scène fou de son actrice.

Lire la suite