Navigateur non compatible. Veuillez utiliser un navigateur récent

Guy Maddin fait tourner les tables

VIDEO | 2015, 3' | Nous avions filmé Guy Maddin à Beaubourg en 2012 alors qu'il tournait en public au niveau -1 du Centre Pompidou l'un des nombreux scénarios oubliés du cinéma mondial qu'il avait projet d'exhumer. L'idée était alors de tourner 18 films en 18 jours. Ce projet fou est devenu La Chambre interdite, à découvrir en salles.

" Accompagné du légendaire poète américain John Ashbery en charge des dialogues, j’ai écrit des adaptations des scénarios tirés des films perdus avec lesquels je suis «entré en contact» au cours des «séances de spiritisme» mises en place au Centre Pompidou à Paris et au Centre Phi à Montréal. J’ai installé au Centre Pompidou un décor évoquant l’espace d’un cabinet de voyance. C’est dans ce cabinet que j’ai dirigé des séances, une chaque jour pendant 18 jours, afin d’établir le contact avec les esprits qui habitent les films perdus. Mathieu Amalric, Charlotte Rampling, Geraldine Chaplin, Maria de Medeiros, Jacques Nolot, Adèle Haenel, Amira Casar et Udo Kier (entre autres) ont pris part à ces séances occultes.

Dès le moment où le Centre ouvrait ses portes, les acteurs entraient dans toutes sortes de transes, certaines réelles d’autres non. Un voyant prenait alors «contact» avec l’esprit d’un des films perdus. Suivant son genre - film d’aventure, western, film de guerre, film de chambre, documentaire, péplum, etc. – un ameublement hybride était mis en place, compilant des éléments hétéroclites – végétation d’une jungle, cactus, fil barbelé – et les acteurs hypnotisés abandonnaient leur corps au film perdu, établissant un contact et laissant peu à peu l’histoire s’immiscer en eux.

Pendant que les participants de la Séance jouaient l’adaptation délirante et fragmentée de ces histoires perdues, mon équipe et moi-même en enregistrions la retranscription. De cette manière j’ai pu capturer le contact ectoplasmique établi avec l’univers occulte hanté par ces films et mettre en lumière la preuve photographique de leurs âmes sans repos.

Après nos trois semaines de tournage en France, nous avons tourné trois semaines de plus au centre Phi de Montréal avec des acteurs canadiens cette fois. Clara Furey, Roy Dupuis, Louis Neguin et d’autres se sont à leur tour laissés posséder par l’esprit de films perdus, face au public. Le Centre Phi est un nouveau complexe absolument incroyable, le Hollywood de l’industrie cinématographique québécoise, un monde avec son propre star system, presque totalement inconnu des Canadiens anglophones. Moi-même, cela m’a ouvert les yeux de travailler là-bas et de découvrir que tant de choses fleurissaient dans mon propre pays sans que je le sache. Ça a été une expérience fantastique ! "

Guy Maddin

Retrouvez nos précédents entretiens avec Guy Maddin sur Universciné :

Des contes de fée avec un soupçon de pornographie : contraint et forcé, Guy Maddin tente de définir son cinéma...

Mad in Winnipeg : "Quand vous naissez à Winnipeg, vous avez l'impression d'être dans le trou d'un donut. Puis vous finissez par y trouver de l'intérêt..." Mais qu'est-ce que Winnipeg ?

J'ai toujours fait des autobiographies : The Saddest Music of the world, une autobiographie de Guy Maddin ? Possible...

Tous les Dracula m'ont ennuyé : Guy Maddin s'empare du mythe de Bram Stoker et réalise le premier Dracula qui ne l'ennuie pas...