Navigateur non compatible. Veuillez utiliser un navigateur récent

Alors que le festival Lumière de Lyon, dédié au film de patrimoine, s’est ouvert samedi, des envies de voyage dans le temps et l’histoire nous ont pris. Retour, donc, en quelques-uns des plus beaux classiques du cinéma français, sur une histoire qui se raconte en noir et blanc de la bouche de monstres sacrés.

Accusée, levez-vous de Maurice Tourneur (1930)

Premier de ses films parlants, le père de Jacques Tourneur, Maurice, profite de cette avancée technique pour capter la voix d’André Roanne, interprétant la chanson Mélancholia. D’un spectacle audacieux aux “Folies-Montmartre” à un procès pour meurtre, Tourneur père maîtrise l’art du rebondissement avec l’illustre Gaby Morlay au cœur de cette enquête...

Le Silence est d'or de René Clair (1946)

De retour de son exil américain après la seconde guerre mondiale, René Clair livre une romance sur fond de début du cinéma, en 1910. Un retour aux premières amours, comme une manière de tout recommencer Avec Maurice Chevalier, lui aussi de retour en France, avant de s’envoler de nouveau à Hollywood pour y achever sa légende. Léopard d’or à Locarno, en 1947.

Les Enfants du paradis de Marcel Carné (1943)

Sixième collaboration du duo Carné-Prévert qui livre un quiproquo amoureux, au cœur de l’efferevesence des théâtres parisiens du début du XIX siècle, dans lequel un mime et une jeune femme peinent à déclarer leur flamme. Une super production pour l’époque et un véritable miracle étant donné le contexte de tournage sous l’Occupation. L’un des chefs-d'œuvre du réalisme poétique, nommé à l’Oscar du meilleur scénario original en 1947.

La Ronde de Max Ophüls (1950)

Max Ophüls adapte la pièce d’Arthur Schnitzler, jugée scandaleuse en raison de son sujet, le sexe, dont discutent deux par deux des personnages dans une succesion de saynètes qui embrasse une variété d’idées, de vues et de pratiques et sur la chose. Artificialité des décors et des situations, casting de vedettes, parmi lesquelles Simone Signoret et Gérard Philippe, Ophüls met en scène la luxure avec un certain faste. BAFTA du meilleur film en 1952.

La Belle Équipe de Julien Duvivier (1936)

Des ouvriers au chômage fondent un espace convivial où l’argent et le désir deviennent le poison de leur amitié… Sorti cinq mois après la victoire du Front Populaire aux législatives, le film marque le début de la légende Gabin et est immédiatement associé aux espoirs venus de la gauche… le tout malgré Julien Duvivier et Charles Spaak. Le réalisateur et son scénariste avaient en effet d’abord imaginé une toute autre fin et donc un tout autre film...

Nos offres d'abonnement

abonnement

annuel

69,99 € /an

  • 2 MOIS OFFERTS

  • PAS DE RECONDUCTION TACITE

  • + DE 1000 FILMS SÉLECTIONNÉS

  • NOUVEAUX TITRES & CYCLES CHAQUE SEMAINE

  • ​3 ÉCRANS EN SIMULTANÉ

  • ​STREAMING ET MODE DÉCONNECTÉ

  • + OFFERT pour tout nouvel abonnement* : le dernier numéro de soFilm ! ​

​*Sous réserve du respect des conditions d'éligibilité. Limité à 500 souscriptions. 

abonnement

mensuel

6,99 € /mois

  • 7 JOURS D'ESSAI OFFERTS 
    (pendant lesquels vous ne serez pas débités )​
  • SANS ENGAGEMENT

  • + DE 1000 FILMS SÉLECTIONNÉ

  • NOUVEAUX TITRES & CYCLES CHAQUE SEMAINE

  • ​3 ÉCRANS EN SIMULTANÉ

  • ​STREAMING ET MODE DÉCONNECTÉ

  • + OFFERT pour tout nouvel abonnement* : le dernier numéro de soFilm

​*Sous réserve du respect des conditions d'éligibilité. Limité à 500 souscriptions. 

Vous avez un bloqueur de publicités activé.
Certaines fonctionnalités du site peuvent être perturbées, veuillez le désactiver pour une meilleure expérience.