Navigateur non compatible. Veuillez utiliser un navigateur récent

Melville : " Ce n'est pas mon métier de délivrer des messages..."

Dans un entretien avec Rui Nogueira (publié en 1973, "Le Cinéma selon Melville"), le réalisateur précise que son film n'est pas anticatholique et que, de toutes façons, ses opinions personnelles ne doivent pas transparaître. Son style, oui.

"Personnellement, je ne sais pas si le mysticisme est une imposture. Tout le monde a le droit d'être ce qu'il est et de croire à ce qu'il veut. De toute façon, je ne pense pas que Léon Morin, prêtre, soit un film antireligieux et qu'il puisse être reçu comme tel. Je trouve, bien au contraire, que c'est un film très catholique. D'ailleurs l'Eglise catholique française l'a considéré comme tel, puisqu'elle l'a adopté, après qu'il ait été terminé. Avant, elle avait été très prudente, même assez hostile, puisqu'elle ne m'a point aidé pendant le tournage.

Vous savez, je trouve que les opinions de chacun sont tellement en dehors des problèmes cinématographiques. Ce que je pense de la foi, de l'inexistence de Dieu, du socialisme, etc., c'est mon univers à moi, un univers que j'essaie de ne pas transcrire dans mes films parce que je trouve que ce n'est pas mon métier de délivrer des messages politiques, métaphysiques ou autres...

C'est peut-être le métier d'autres metteurs en scène que de parler de choses très sérieuses. Moi, les choses sérieuses, je veux bien les survoler, mais pas les approfondir."

Jean-Pierre Melville (dans "Le Cinéma selon Melville", de Rui Nogueira, Editions Seghers, 1973).