Navigateur non compatible. Veuillez utiliser un navigateur récent

Nadia El Fani : "Le débat sur la laïcité doit avoir lieu"

VIDEO | 2011, 14' | Octobre 2011. A quelques jours de l'élection de l'assemblée constituante en Tunisie qui sera chargée de rédiger une nouvelle Constitution, la réalisatrice Nadia El Fani revient sur son combat pour la laïcité et sur ses craintes de voir enterrer au nom de la morale religieuse le principe de la séparation de la religion et de l'Etat. Son film Laïcité Inch'Allah est à voir en exclusivité sur Universciné.

Autour d'un pays : Flash back, 5 films-clés du cinéma tunisien, à voir sur Universciné

 

Dans L'Homme de cendres (1986), Nouri Bouzid  dévoile un monde secret en filmant le mariage contraint de Hachemi, qui fait brusquement resurgir les fantômes du passé : lui et son ami d'enfance ont été violés... Comment se libérer d'un sentiment de honte qui doit pourtant rester caché dans une société arabe qui glorifie la puissance de l'homme, sa virilitéi. Enorme scandale à sa sortie, "L'Homme de cendres" (sélectionné au Festival de Cannes-Un certain regard) reste l'un des films les plus audacieux du cinéma arabe.

Poésie...

Dans Les Baliseurs du désert (1984) de Nacer Khmemir,  un jeune instituteur découvre un monde étrange de vieillards, de femmes et d'enfants dans un village-forteresse cerné par le désert. Car les hommes, eux, sont partis "baliser le désert". Le temps s'écoule comme un conte des Mille et une nuits... Couronné dans de nombreux festivals, le premier film de l'auteur du fameux «Collier perdu de la colombe» entrelace le réel et la magie. La culture arabe, pour Nacer Khemir, essaime entre l'Andalousie et la Sogdiane, entre Cordoue et Samarcande. Il tire de cette culture toute son inspiration. Alors les images lumineuses éclairent des visages à la beauté mystérieuse et la poésie des gestes et des objets nous entraîne dans une quête vers un temps perdu d'amour et de liberté.

... et sensualité

Dans Halfaouine, l'enfant des terrasses (1990) , Ferid Boughedir filme le Tunis du petit Noura, douze ans, qui a fait un pari avec ses camarades afin d'être accepté par les "grands" du quartier d'Halfaouine : il devra entrer au hammam des femmes afin de décrire leurs charmes à ses compagnons. Une épreuve d'autant plus facile que le petit garçon, chétif en apparence, ne fait pas son âge et que la coutume locale autorise les garçons à accompagner leur mère jusqu'à la puberté.

Femmes : soumises...

Dans Les Silences du palais (1993)  de Moufida Tlatli, c'est l'univers des femmes qui est exploré : lorsqu' Alia, jeune chanteuse dans les mariages traditionnels, apprend la mort du prince Sid Ali, son ancien maître et protecteur chez qui elle a passé son enfance, elle retourne au palais du prince, et revoit les images cruelles de sa jeunesse, de sa mère, des servantes, avec lesquelles elle a partagé des années de sa vie, des années de soumission et de souffrance.

... et rebelles

Dans Satin rouge (2000)  Raja Amari suit  Lilia, à la fois "femme rangée" et mère attentive, qui croit que Salma, sa fille, vit une "liaison dangereuse" avec un musicien dans un cabaret, le Satin rouge. La voilà prête à découdre quand soudain le plaisir et la joie de danser prennent le pas sur sa raison. Un premier long métrage subversif et troublant, loin des clichés habituels sur l'émancipation de la femme maghrébine.