Navigateur non compatible. Veuillez utiliser un navigateur récent

Charles Matton : " Retrouver l'écume des saisons", même en temps de guerre...

Le cinéaste (et peintre) évoque ses souvenirs d'enfant pendant la seconde guerre mondiale. Mais plus qu'une époque, il a cherché à faire passer dans son film les impressions et les intuitions enfouies derrière l'Histoire.

" L’ambition première était d’exprimer l’atmosphère de ces années d’enfance, ces traces lointaines laissées dans la mémoire, ces empreintes imprécises qu’il s’agissait de décrypter les yeux fermés, à tâtons. La guerre, I’occupation allemande, ne sont pas le sujet du film. Bien davantage que le souvenir des faits, ces images cherchent à retrouver l’écume de ces saisons, ce qui reste quand on a presque tout oublié, à redécouvrir la saveur de ces heures, la lumière qui les a baignées.

Sans doute est-ce aussi l’évocation de "quelques autres choses" qui concernent le coeur et l’esprit de cet enfant : le refus de l’idée qu’il peut être juste de tuer, I’image d’un père et d’une mère hantés par l’espoir un peu fou de s’insurger contre le destin, de contredire le hasard, l’un par le jeu, l’autre par la prémonition... Probablement aussi, I’évocation de l’intuition de Dieu. Mais ne s’agit-il pas de la même chose ?..."

Charles Matton