Navigateur non compatible. Veuillez utiliser un navigateur récent

Yves Caumon : "Partager la nostalgie de Paul, c'est avoir quelque chose à aimer..."

Pour son premier long-métrage, le cinéaste a cherché à "faire quelque chose d'étrange et de familier, de "rayé" et de mélangé, mais aussi quelque chose d'insaisissable, quelque chose qui s'échappe quand on l'embrasse, comme les souvenirs..."

La désertification des campagnes

"D'une façon ou d'un autre je voulais faire un sort à la question de l'exode rural, à la désertification des campagnes, aux mutations radicales de la vie paysanne. Parce que c'est une réalité que je connais bien, et parce que je m'étonne - et d'une certaine façon je souffre- qu'on s'y intéresse aussi peu. D'un sujet si vaste, je me suis employé à faire miroiter une histoire toute simple, j'allais dire toute bête, d'amour d'enfance."

Le Sud-Ouest

"J'ai tourné ce film dans le Tarn, dans un rayon de 20kms autour de chez moi. L'essentiel du casting a été fait sur place. D'une part parce que je souhaitais travailler avec des gens de ma région, d'autre part parceque je voulais qu'en dehors de Paul, les personnages aient l'accent du Sud-Ouest. Parler avec cet accent, ça n'est pas seulement prononcer d'une certaine façon, c'est aussi penser d'une certaine façon. Et les dialogues avaient été écrits pour penser de cette façon-là."

Nostalgie

"J'ai essayé de faire en sorte que le spectateur s'investisse de lui-même dans l'histoire, qu'il devine les choses par les sensations qu'il éprouve, les rapprochement qu'il opère, plutôt que par des explications ou des démonstrations. Ma plus grande ambition, toute modeste soit-elle, a été de faire partager un sentiment, la nostalgie diffuse de Paul. Pour qu'on partage cette nostalgie, il fallait comme lui qu'on ait quelque chose à aimer, un peu de bonheur à regretter. C'était un souci, primordial pour moi: donner envie de quelque chose qui puisse nous manquer."

Un film "rayé"

"Le rideau multicolore de la maison d'Odile ressemble au film que j'ai cherché à faire, parfois sans le savoir : quelque chose d'étrange et de familier, quelque chose de "rayé" et de mélangé, mais aussi quelque chose d'insaisissable, quelque chose qui s'échappe quand on l'embrasse, comme les souvenirs, comme l'amour d'enfance de Paul. J'aime beaucoup ce rideau."