Navigateur non compatible. Veuillez utiliser un navigateur récent

Nagisa Oshima
Réalisateur • Scénariste
Sa biographie

Les trois films qu'il réalise en 1960, Contes cruels de la jeunesse, L'Enterrement du soleil et Nuit et brouillard du Japon résonnent d'une tonalité neuve dans le cinéma national et, découverts par la critique internationale, sont considérés comme des manifestes ; le troisième, ainsi intitulé en hommage au film d'Alain Resnais, dresse un tableau de la mémoire des combats, depuis la fin de la guerre, de l'extrême-gauche japonaise contre l'occupation du pays par l'armée américaine. Son interdiction, après quatre jours d'exploitation, ne fit que renforcer la radicalité d'Oshima, qui marqua entre plus fortement son territoire dans ses films suivants, Le Révolté (1962), Le Journal de Yunboji (1963), L'Obsédé en plein jour (1966). C'est surtout grâce à La Pendaison (1968), puis au Petit Garçon (1969) qu'il fut reconnu en France. Le premier reprend de façon réaliste l'exécution d'un Coréen coupable de viols et de meurtres, exécution ratée qui lui fait perdre la mémoire ; ses geôliers le font alors rejouer ses crimes afin qu'il retrouve ses esprits et puisse être pendu. Le seco...
En savoir plus
Réalisateur (5)
Scénariste (5)